L’équipe

Depuis les premiers stages que j’ai donnés sur la côte ouest des États-Unis en 1975, puis en Europe à partir de 1980 et, depuis, dans de nombreux pays, plusieurs personnes m’ont rejoint pour former une équipe qui va s’accroissant. Chacun et chacune possède sa personnalité et ses compétences propres. Rencontrez-les sur les pages suivantes.

François Couplan

François Couplan est spécialiste des utilisations traditionnelles des plantes sauvages et cultivées, qu’il a étudiées sur les cinq continents.

Ethnobotaniste (Docteur-ès-Sciences, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris – Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole), il enseigne depuis 1975 les utilisations des plantes sauvages en Europe (France, Suisse, Belgique, Allemagne, Autriche, Crète) et aux États-Unis sous forme de stages pratiques sur le terrain. Il est le créateur de la survie douce, expériences profondes de vie en harmonie avec la nature.

A sa formation scientifique, il joint une expérience approfondie de la vie au sein de la nature, qu’il a explorée à travers le monde. Il vécut en particulier avec plusieurs tribus indiennes d’Amérique du nord, dont il recueillit la tradition.

François Couplan est l’auteur de nombreux ouvrages sur les plantes et la nature (50 publiés à ce jour). Il contribue régulièrement à divers magazines en France, en Suisse et en Allemagne, et a publié plus de 600 articles sur les plantes. Il a également créé l’Institut de Recherches sur les Propriétés de la Flore (France et Suisse) et préconise une agriculture naturelle visant à semi-cultiver la végétation spontanée.

François Couplan s’attache à mettre en valeur les végétaux comestibles méconnus et à les faire connaître aux restaurateurs et au public par le biais de conférences, de stages, de prestations personnalisées, de publications et des médias. Il travaille actuellement en particulier sur l’alimentation de nos ancêtres au Paléolithique et collabore dans plusieurs pays avec de grands chefs cuisiniers (Marc Veyrat, Annecy; Carlo Crisci, Cossonay (Suisse); Jean-Georges Vongerichten, New York; Jean-Marie Dumaine, Sinzig, (Allemagne); Christophe Hardiquest, Bruxelles) à la réhabilitation des saveurs oubliées.

Depuis de nombreuses années, François Couplan parcourt la planète à la recherche des traditions alimentaires des différents groupes culturels qui peuplent notre monde : les relations entre hommes et plantes sont innombrables et fascinantes. Le résultat de ses explorations sera résumé dans une Encyclopédie des plantes comestibles du monde entier.

François Couplan est également photographe et illustre régulièrement de ses clichés ses articles et ses livres.

Keiko Imamura

Keiko est cuisinière au Japon. Elle est née près de Nagoya, en plein centre du Japon, entre Tokyo et Kyoto, et pratique depuis plus de quinze ans la cuisine japonaise traditionnelle, ainsi que la cuisine macrobiotique. Elle enseigne également la cérémonie du thé (sado).
Keiko a vécu en France et manie fort bien notre langue. Elle se montre désireuse de nous faire découvrir les multiples facettes d’une cuisine qui combine rigueur et variété, tradition et avant-gardisme dans une recherche de la perfection et un esthétisme étonnants.
Passionnée par la nature et les plantes sauvages, qui font partie intégrante de la culture japonaise, Keiko apporte à nos stages une vision, des modes de préparation et des saveurs différentes : l’incorporation de nos végétaux européens dans ses recettes nipponnes nous fait découvrir une façon nouvelle de concevoir le monde, basée sur l’équilibre entre Orient et Occident.

Keiko propose aussi des cours et des ateliers de cuisine japonaise dans les déclinaisons suivantes :

• Bases théoriques et pratiques de la cuisine japonaise.
• La cuisine japonaise de tous les jours.
• Le bento : un repas à emporter, pratique, savoureux, économique et sain.
• Les sansaï : profiter des bienfaits nutritionnels et gustatifs des plantes sauvages.
• Les algues, une source remarquable de protéines et de minéraux.
• Cuisines régionales du Japon, vue globale et spécialités.
• Cuisines de fête : osechi (cuisine du Nouvel An)
• Petits déjeuners japonais : pour mieux commencer la journée.
• Cuisine sans gluten ni produits laitiers.
• Shojin ryori : la cuisine bouddhiste végétarienne.
• La cuisine de longue vie.
• Les produits du soja : tofu, miso, shoyu.
• La cérémonie du thé (sado).
• Kaiseki, le repas suprême.
• Desserts japonais : pour ceux qui l’aiment moins sucré.

Francis Collet

Francis Collet, originaire du Haut-Jura,est agrégé de physique et enseigne la physique chimie en Lycée dans le Massif Central. Passionné par la montagne, il suit en parallèle la formation pour devenir accompagnateur en montagne. Sa pratique du jardinage durant de nombreuses années l’a progressivement amené à s’intéresser au vaste monde du végétal. Dans sa quête de connaissances il a rencontré François Couplan, d’abord à travers la préformation au Collège Pratique d’Ethnobotanique (CPE), puis en suivant les 3 années du cursus du CPE.

Pour la seconde partie de sa vie, il souhaite se rendre utile en s’efforçant de rendre accessible au plus grand nombre les connaissances qui permettent d’avoir une idée moins vague de ce qu’est la vie. Sa formation de physicien explique son approche rationnelle. Tenter de donner du sens en décortiquant des mécanismes avec au bout du compte toujours un émerveillement. Il pense qu’il est devenu nécessaire, voire vital, de transmettre, sur le terrain, toutes les interactions que la science a réussi à mettre à jour entre les êtres vivants. Mais il est persuadé que sans cette sensibilisation à la nature, sans cet émerveillement, les hommes continueront à privilégier leur confort matériel et à exercer leur pouvoir sur le reste des êtres vivants sans avoir conscience qu’ils scient ainsi la branche sur laquelle ils sont assis.

Jacques Falquet

Jacques Falquet est docteur en biochimie de l’université de Genève. Après une spécialisation en biologie moléculaire des végétaux à l’université de Paris-XI, il rejoint le monde associatif et travaille en indépendant. Passionné par les plantes, il en étudie particulièrement les propriétés médicinales et participe à de nombreuses missions de recherche en pays tropicaux (Haïti, Mauritanie, Mali, Bénin, Sud-Soudan, etc.). Son domaine de prédilection est l’autonomie locale en matière de santé : persuadé qu’il est souvent possible de trouver à portée de main de quoi traiter la plupart de nos problèmes de santé, il s’attache à le démontrer avec un maximum de rigueur scientifique. En collaboration avec des thérapeutes traditionnels, des médecins, des pharmaciens et des botanistes, Jacques Falquet mène actuellement une recherche ciblée sur une plante anti-paludique dont les propriétés n’étaient connues que de quelques villages africains.

Lucie Benoit

Lucie est écologue de formation, spécialisée en écologie végétale. Elle s’est également formée à l’ethnobiologie. Elle s’est très tôt intéressée à l’usage des plantes sauvages, notamment les plantes alimentaires, dans une optique d’autonomie, mais aussi comme moyen de comprendre les relations que les hommes entretiennent avec le monde qui les entoure.

Elle a commencé à travailler avec France Breil et François Couplan en 2008 et a contribué à la mise en place et à l’enseignement des premières sessions du Collège Pratique d’Ethnobotanique.

Ses domaines de spécialisation sont relatifs à la botanique (classification, identification, physiologie) et à l’ethnobotanique (enquêtes au Togo, en Russie, en Malaisie sur les plantes alimentaires et médicinales). Ses pas la portent aujourd’hui vers la recherche en anthropologie évolutive, sous la forme d’une thèse. Son projet est d’étudier les comportements de cueillette chez des chasseurs-cueilleurs du nord du Congo Brazzaville, les Mbendjele. Cette recherche est conduite au sein de l’Institut Max Planck d’anthropologie de l’évolution de Leipzig, en Allemagne et avec l’université d’Amsterdam au Pays-Bas.

Laure Malemanche

La chance d’habiter depuis ma tendre enfance à la campagne entourée de forêts, de champs de genêts, d’un lac et d’un petit ruisseau m’a tout naturellement conduit vers des études en biologie. Après un parcours universitaire, j’intègre en 1998 le service de l’inventaire forestier national. J’arpente ainsi des les forêts du sud ouest puis, à partir de 2006, les forêts du centre est. Ce travail m’a permis d’apprendre à reconnaître un grand nombre de plantes sauvages !

Pour compléter mes connaissances, je m’inscris au Collège Pratique d’Ethnobotanique de François Couplan où je passe 3 années riches d’enseignements tant sur les plantes et leurs différents usages que sur notre propre relation à la nature.

Le chemin continue. Se posent de nouvelles questions : perceptions, émotions, ressentis au contact de la nature pourraient-ils favoriser la connaissance de soi ? Cette soif de compréhension m’entraine à poursuivre pendant 2 ans une formation sur l’approche sensible des plantes avec Prometerre. Début 2017, je franchis un cap et crée « les chemins de F’Laure » pour partager et transmettre mes connaissances, toujours avec cet esprit d’émerveillement de la richesse, de la beauté des plantes sauvages, toujours avec cet esprit d’éveiller ce lien qui nous unit à la nature. Et prendre, enfin, le chemin de tous les possibles…

Bernard Montreuil

Bernard Montreuil est docteur en pharmacie. Il ne cesse depuis des années d’acquérir de nouvelles connaissances dans différents domaines de la santé, qu’il aime partager avec d’autres. Il s’est également formé en orthopédie, en micronutrition, en phytothérapie, en aromathérapie et en bioélectronique. Conjointement ou en alternance avec son fils Laurent, il enseigne l’aromathérapie au sein du Collège Pratique d’Ethnobotanique et est notre référent « santé ».

Laurent Montreuil

Laurent Montreuil est docteur en pharmacie. Il est également titulaire d’un master 2 Éducation thérapeutique et éducations santé, d’un master de biochimie structurale et fonctionnelle, et d’un diplôme de diététique, nutrithérapie et nutraceutique, d’orthopédie et petit appareillage et de phytothérapie. Il est également passionné d’aromathérapie et met en application quotidiennement ses connaissances à l’officine.

Frédérique Loré

Après avoir exercé pendant de nombreuses années en tant qu’éducatrice spécialisée, Frédérique se consacre aujourd’hui à sa passion pour les plantes. Elle s’est formée d’abord seule puis à travers les stages et la formation proposée par le Collège Pratique d’Ethnobotanique.

Elle propose des journées et des stages autours de la connaissance et des usages des plantes, notamment des plantes sauvages comestibles. Elle intervient auprès des enfants dans le cadre des « Projets nature » de la Métropole de Lyon dans lesquels elle transmet aux enfants l’enthousiasme qui l’anime dans la nature.

Françoise Marmy

Passionée par la nature depuis son enfance, Françoise Marmy anime des stages de plantes depuis plus de vingt-cinq ans en Suisse et en France. Elle a développé une connaissance profonde de la nature au cours de ses randonnées et de ses voyages. Elles passe beaucoup de temps à parcourir la montagne et à en étudier la flore dont elle est devenue une spécialiste.

Elle s’est d’abord formée auprès de l’ethnobotaniste François Couplan, puis a élargi ses connaissances au cours de nombreux voyages et randonnées botaniques. Elle a également suivi les cours de l’École de plantes médicinales « Homme et Nature sans frontières » pendant trois ans.

Françoise Marmy vit avec sa famille dans une ancienne ferme fribourgeoise autour de laquelle elle entretient un grand terrain où nature et culture se rencontrent. A portée de main, les plantes font partie de son quotidien aussi bien dans la cuisine que dans la pharmacie familiale.