Projet Togo

Accueil
Accueil
Plantes sauvages comestibles et médicinales…

Projet Togo

Avec les personnes dont je soutiens l'action au Togo, nous avons créé une association (Les PERma-JArdins du Togo) destinée à promouvoir le mieux-être des habitants des communautés villageoises à travers, entre autres, la promotion de la culture biologique via les techniques de la permaculture et de l’agroforesterie, ainsi que la promotion de la médecine traditionnelle grâce aux plantes médicinales. Notre association promeut également l’écotourisme, pour favoriser les échanges entre Européens et Africains.

Pour en savoir davantage, visitez le site de l'association Les PERma-JArdins du Togo de façon à mieux en connaître les activités et voir comment participer ou simplement nous aider dans nos actions. Et nous vous invitons bien volontiers à venir visiter notre centre de séjour à la montagne, dans un lieu idéal et facilement accesible à l'ouest du Togo, non loin de Lomé : un excellent moyen de découvrir facilement l'Afrique, sa population, ses paysages et sa culture.

Pour plus de renseignements, vous pouvez prendre directement contact avec moi : contact@couplan.com.ou avec Sylvestre, le président de l'association : todjo6@gmail.com.

Au coeur de l'Afrique

Le Togo est un raccourci de l'Afrique. Sur un territoire à peine plus grand que la Suisse vivent cinq millions d'habitants appartenant à plus de quarante ethnies différentes. Le pays, particulièrement étroit, s'étend du nord au sud sur plus de cinq cents kilomètres. Le relief des Monts Togo, qui atteignent près de mille mètres d'altitude, accentue encore la diversité climatique.

À l'origine, le Togo était couvert d'une végétation dense, forêt au sud, savane au nord. La culture sur brûlis, pratiquée depuis plusieurs milliers d'années, avait déjà largement entamé le manteau végétal. Mais depuis vingt ans, la destruction s'est terriblement accélérée. Malgré l'exode rural, la population des campagnes ne cesse de s'accroître et nécessite de plus en plus de terres à cultiver. La demande en bois d'œuvre incite à couper toujours plus d'arbres. Et la fabrication du charbon de bois, principale source d'énergie pour cuire en ville se montre extrêmement destructrice. Le tableau pourrait-il être plus noir encore ? Il l'est, en fait, car le feu achève ce qu'a entamé la hache ou la tronçonneuse. Dans une vision à court terme, les incendies sont suivis par une repousse rapide d'une herbe tendre appréciée du bétail. Cette pratique, l'écobuage, est d'ailleurs parfois encore pratiquée en France, malgré son interdiction. Au Togo, elle reste autorisée jusqu'à une certaine date (vers le 15 janvier dans le sud-ouest du pays) mais les feux illégaux continuent longtemps après. D'ailleurs l'une des raisons principales des feux de brousse, et en particulier de ceux qui brûlent la forêt, sont allumés par les chasseurs qui y trouvent un moyen facile de rabattre le gibier... À la saison sèche s'offre constamment aux yeux du voyageur le spectacle désolant de l'Afrique en feu !

Derrière le village de Kouma Konda se dresse (pour combien de temps encore ?)
la superbe forêt de Missahoe, d'une étonnante biodiversité